A A A

Spotlight

Thomas Dumont se sent utile en apportant des solutions concrètes à ses clients

 

Inspiré par les personnages d’avocat ou de chirurgien qu’il voyait dans des séries étant jeune, Thomas Dumont s’imaginait exercer une profession où il se sentirait utile en apportant des solutions concrètes qui permettent de résoudre des problèmes. « Je n’aurais pas pensé trouver mon utilité en planification financière, remarque-t-il, mais plus je travaille dans ce domaine, plus je rencontre de clients, plus je me sens personnellement utile. »

Une passion pour la finance

Récipiendaire de la Bourse de l’IQPF pour avoir obtenu la troisième meilleure note de la promotion 2018 à l’examen de l’IQPF, Thomas Dumont se découvre une passion pour la finance au cours de ses études collégiales. Sa découverte de la planification financière ne survient toutefois qu’après avoir exploré différents métiers de la finance, dans le cadre de son baccalauréat en administration des affaires aux HEC de Montréal.

« J’ai un esprit analytique, affirme-t-il, mais j’aime aussi écouter les histoires des gens. En tant que planificateur financier, je peux contribuer à les éduquer et laisser une marque dans leurs cheminements de vie, dans leur carrière ou pour leur retraite. »

Un rôle de psychologue

Convaincu que ce qu’un client recherche aujourd’hui chez un planificateur financier, « c’est quelqu’un sur qui il pourra compter », Thomas Dumont se considère comme un psychologue financier qui aide ses clients à gérer leurs émotions et leurs attentes face aux questions d’argent.

En tant que planificateur financier à la Banque de Montréal, il constate aussi que l’épidémie du coronavirus a haussé le niveau de stress et d’anxiété chez certains clients. « Ce virus frappe l’imaginaire ainsi que la vie quotidienne, observe-t-il. Il faut effectivement être plus présent auprès de nos clients, les rassurer et miser d’autant plus sur leur plan financier. »

Une curiosité qui apporte de la valeur

Curieux de nature, Thomas Dumont aime apprendre au profit de ses clients, pour faire une différence et leur apporter une plus grande valeur. À cette curiosité théorique s’ajoute une curiosité sociale qu’il a d’ailleurs pratiquée lors d’un stage d’études à Rome, alors qu’il ne parlait pas italien.

« Cela m’a permis de développer mes qualités sociales et ma débrouillardise, pour établir des contacts et aller vers les gens. Dans mon rôle de planificateur financier, cette curiosité m’aide à poser des questions, à m’adapter et à mieux connaître les gens. »


Vous connaissez un Pl. Fin. qui se démarque? Contactez Liette Pitre afin de présenter cette personne en tête d'affiche à vos collègues dans l'un de nos prochains numéros.