A A A

Tête d'affiche

Pierre Dastous apporte protection et bienveillance autour de lui

 

Avec sa barbe blanche et son regard rieur, Pierre Dastous aime établir des relations bienveillantes avec les gens. S’il sait écouter et mettre en confiance, c’est en faisant preuve d’intégrité qu’il conseille ses clients, alors que le formateur en lui aime vulgariser les multiples aspects de l’assurance invalidité. De plus, chaque année, depuis 11 ans, il s’accorde le plaisir de faire briller les yeux des enfants, petits et grands, en endossant l’habit du père Noël.

Au-delà de la protection

Pierre Dastous a commencé sa carrière dans l’assurance en 1977, car c’était pour lui « une façon d’aider les gens au moment où ils en ont le plus besoin ». Il se souvient ainsi du moment où il a remis un chèque de 550 000 $ à la veuve d’un entrepreneur qui avait alors trois jeunes enfants. « Protéger les gens, ça m’allumait et ça m’allume encore », déclare-t-il.

Son expérience auprès des propriétaires d’entreprise et des travailleurs autonomes lui a toutefois appris qu’il ne suffit pas de protéger leur gagne-pain. C’est pourquoi il a choisi « d’aller plus loin » et de devenir planificateur financier en 1995, afin de pouvoir considérer aussi leur situation matrimoniale, familiale et successorale, dans le contexte particulier de leur entreprise.

Fasciné par les « pourquoi? »

« Je suis aussi devenu planificateur financier, précise-t-il, parce que le bagage d’information que l’IQPF proposait me fascinait, car j’obtenais enfin des réponses à mes pourquoi? ». C’est aussi cette curiosité qui l’a amené à devenir formateur en assurance invalidité et à s’affilier au cabinet de formation Portail Plus International.

C’est ainsi qu’au fil des ans, Pierre Dastous s’est découvert un talent de vulgarisateur qui lui permet d’aider ses collègues pour qu’ils comprennent mieux les clauses d’un contrat d’assurance ou qu’ils déterminent mieux les situations où telle assurance est la plus appropriée.

Des détails qui comptent

En matière d’assurance invalidité, les détails comptent, souligne-t-il. Certains clients peuvent ainsi obtenir une prestation moindre si leur revenu assurable est calculé à partir de leur T4 et non de leurs bénéfices non répartis. Un client peut aussi être pénalisé s’il ne saisit pas la différence entre une période d’attente consécutive ou cumulative.

« L’assurance invalidité, explique Pierre Dastous, c’est compliqué. Il faut consulter des experts pour poser les bonnes questions au client. On ne lui rend pas service en se mettant la tête dans le sable. »


Vous connaissez un Pl. Fin. qui se démarque? Contactez Liette Pitre afin de présenter cette personne en tête d'affiche à vos collègues dans l'un de nos prochains numéros.