A A A

Tête d'affiche

Michel Jacques fait partie du cercle de confiance de ses clients

 

Planificateur financier et conseiller en placement à la Financière Banque Nationale à Shawinigan, Michel Jacques se passionne pour l’investissement. Toutefois, ce sont ses clients qui demeurent au centre de ses préoccupations. Excellent pédagogue, il bâtit avec eux des relations qui vont bien au-delà des chiffres. « Je m’intéresse à l’aspect humain de la relation, affirme-t-il. Je suis un coach de vie et je guide mes clients dans la réalisation de leurs projets ainsi qu’à travers leurs épreuves. »

Démystifier les notions de risque

Devenu planificateur financier en 1998, Michel Jacques a obtenu son baccalauréat en administration des affaires de l’UQTR en 1992. S’il a choisi de faire carrière dans le domaine financier, c’est non seulement parce qu’il est attiré par les chiffres, mais aussi parce qu’il aime l’effervescence des marchés financiers toujours en mouvement.

Il porte d’ailleurs une attention particulière au fait de démystifier les notions de risque auprès de ses clients, en leur expliquant les relations qui existent entre les fondements de l’économie et les mouvements des marchés.

S’intéresser aux angles morts

Considérant que son rôle consiste à créer de la valeur dans le patrimoine de ses clients au moyen d’une approche-conseil personnalisée, Michel Jacques contribue à éclairer certains aspects qui font partie de la vie quotidienne de ses clients, mais que ceux-ci ne voient pas nécessairement.

Il remarque que les clients sont mieux informés qu’auparavant à propos de leurs investissements et de leur retraite. Toutefois, certains angles morts doivent être explorés pour assurer une protection en cas de maladie ou pour réfléchir aux clauses d’un testament biologique, par exemple. Dans tous les cas, le planificateur financier aide son client à identifier l’impact d’un comportement financier inadéquat afin d’ultimement faire progresser sa valeur nette.

S’adapter à l’heure de la retraite

Michel Jacques estime que généralement, les gens sont mieux préparés à leur retraite qu’ils ne l’étaient il y a 15 ans, non seulement financièrement, mais aussi d’un point de vue humain. « Ils font plus attention à leur santé et ils ont de meilleures habitudes de vie. Ils ont des projets concrets qu’ils peuvent réaliser. »

Fidèle aux valeurs humaines qui l’animent, Michel Jacques s’investit d’ailleurs personnellement auprès des enfants défavorisés en tant que membre du conseil d’administration de la Fondation Richelieu de Trois-Rivières. Cet organisme remet plus de 100 000 $ chaque année à des familles dans le besoin.


Vous connaissez un Pl. Fin. qui se démarque? Contactez Liette Pitre afin de présenter cette personne en tête d'affiche à vos collègues dans l'un de nos prochains numéros.